top of page
Rechercher

Tout savoir sur le GIGN

Le groupe d'intervention de la Gendarmerie Nationale, mais aussi appelé le GIGN, est une unité d'élite de la gendarmerie. Elle effectue des interventions dangereuses et gère des situations de crise, nécessitant un savoir-faire particulier.

L'HISTOIRE


Le GIGN est l'un des quâtres corps de l'Armée française. Il a été créé par la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (DGGN) pour faire face à la menace grandissante du terrorisme en France.


Les dates importantes :


1974 : Naissance du GIGN, composé alors de deux groupes distincts : le GIGN I et Il.


1976 : Fusion du GIGN I et II. Le groupe devient alors national, et de nouvelles unités font leur apparition.


1983 :

- Le groupe décide de développer les premiers moyens anti-terroristes :

L’EPIGN (Escadron Parachutiste et d'intervention de la Gendarmerie Nationale) et le GSPR (Groupe de Sécurité du Président de la République) intègrent tout deux le GSIGN (Groupement de Sécurité et d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) .

- Création de la le GISA (Groupe d'Instruction et de Sécurité des Activités), chargé du recrutement et de la formation des nouvelles recrues.


1ER SEPTEMBRE 2007 :

- Dernière restructuration du GIGN. Il fusionne avec les unités précédentes pour répondre à l'évolution des menaces.

- Changement complet d'identité. Un nouveau logo fait son apparition, et intègre désormais deux étoiles, symbole du GIGN deuxième génération.

29 MAI 2012 : le détachement GSPR (Groupe de Sécurité de la Présidence de la République) est devenu mixte (police-gendarmerie)

 

LA STRUCTURE


L'unité du GIGN est implantée à Versailles, dans le quartier Satory. Le Centre d'instruction est basé quant à lui au camp de Frileuse à Beynes.


Au sein de ce groupe, il y a 1000 hommes et femmes (officiers et sous-officiers) hautement spécialisés et regroupés au sein de 5 métiers complémentaires :

- intervention

- protection

- observation/recherche

- appui opérationnel

- formation.


Il est composé de 3 états-majors :


- l'état-major commandement : composé d’un cabinet, d’une cellule communication, d’une cellule relations internationales et d’un bureau suivi et anticipation regroupant une cellule chargé de projets, un service recherche et développement, une cellule veille stratégique et une cellule audits et dossiers d’objectifs


- l'état-major opérationnel : Contrôle les opérations, spécialisé dans la gestion de crise, la négociation, l'évaluation, audit


- l'état-major de soutien : Il gère les aspects administratifs, financiers, logistiques et la gestion des ressources humaines


Et de 6 forces :


- La Force Intervention (FI) : les militaires du GIGN sont formés et équipés de moyens et armements spécifiques, très sophistiqués, pour accomplir leurs missions.


- La Force Sécurité/Protection (FSP) : Les militaires assurent, selon les circonstances, la protection des diplomates français dans les pays en guerre ou en crise grave


- le détachement GSPR (Groupe de Sécurité de la Présidence de la République) : 30 gendarmes du GIGN qui assurent la protection immédiate du Président de la République.


- La Force Observation / Recherche (FOR) : Rechercher du renseignement dans tous types de milieu : urbain/rural, bâti/non bâti, etc, capables de se fondre dans la ville comme dans la campagne.


- La Force Appui Opérationnel (FAO) : les militaires sont répartis dans diverses cellules à haute technicité : ouverture fine, équipes cynophiles, dépiégeage d’assaut ; effraction chaude, moyens spéciaux, NRBC-E, cellule technique d’adaptation opérationnelle.


- La Force Formation (FF) : Leurs missions consistent à assurer la formation et le « recyclage » de plusieurs centaines de gendarmes travaillant sous le contrôle du GIGN

 

LES MISSIONS


Les soldats du GIGN sont reconnus mondialement pour leur efficacité, leurs compétences et leurs savoir-faire.


Ils ont pour missions de faire face, en tous temps et en tous lieux, en France comme à l'étranger, à des situations spécifiques.


Ils interviennent généralement pour des faits très graves :

- terrorisme

- prises d’otages

- arrestations de dangereux forcenés

- émeutes dans les prisons

- risques ou menaces sur des intérêts vitaux pour l’Etat

- collecte de renseignements

- suivi d’individus particulièrement dangereux (terrorisme, grand banditisme)


Les soldats GIGN interviennent en premier sur ces missions :

- détournement d’avion ; détournement ou attaque de navire ; attaque nucléaire ; attaque chimique ou biologique ; prises d’otages de ressortissants français à l’étranger ; mais également les neutralisations de forcenés, les arrestations de personnes dangereuses et armées.

 

LES SPÉCIALITÉS


Plongeur : Les plongeurs ont pour missions d'intervenir dans le cadre d'opération à caractère maritime.


Négociateur : Le négociateur a un rôle très important. En effet, grâce à ses mots, il peut calmer voir mettre fin à une crise en évitant toute sorte de violence.


Contre tireur :

Les soldats du GIGN sont formés au tir, sur toutes les armes. Ils interviennent dès lors que le GIGN s'engage sur des opérations qui nécessitent un appui feu et sont interchangeables en mission. La spécificité des contre-tireur est qu'ils sont spécialisés au tir à très longue distance (plus de 1500m)


Protection : Ces gendarmes du GIGN ont pour mission de protéger des personnalités et de se tenir prêts à intervenir au moindre incident.


Chuteur opérationnel : Les chuteurs qualifiés SOTGH (saut à ouverture à très grande hauteur) sont utilisés notamment pour recueillir des informations ou bien mener des missions d'infiltrations par les airs en étant discret, efficace et rapide.


Maître de chien : Les maître-chien du GIGN travaillent en permanence en duo avec un chien de la race berger belge malinois pour effectuer des missions.

Au Groupement d'Intervention de la Gendarmerie Nationale il existe deux types de chiens :

- les chiens d’attaque

- les chiens de recherche d’explosifs.


Equipier :

L'équipier est le gendarme du GIGN qui est au premier plan des opérations menées par son unité. En effet, il est recruté pour sa résistance, ses qualités physiques, mentales et tactiques car il doit être capable d'effectuer sa mission sous tous types de climats.


Instructeur : Les instructeurs forment et corrigent les opérationnels. Aussi, ils organisent et sécurisent certaines épreuves et forment les nouvelles recrues.


Technicien : Le technicien a un rôle essentiel au sein du GIGN. En effet, il apporte un appui technique (audio, vidéo, suivi, détection, robotique…) aux trois autres forces opérationnelles de l’unité (Intervention, Observation et Protection). De plus il apporte un appui important dans la recherche et le développement de solutions techniques.

 

L'ENTRAÎNEMENT


Homme comme femme, les militaires du GIGN doivent être en pleine forme physique et mentale pour être prêt pendant leurs missions. C'est ainsi que quotidiennement, ils s'entraînent intensément.

Leurs entraînements peuvent être individuel, semi-collectif ou bien collectif. Ils sont parfois amenés à suivre des stages, ou même des formations en france ou dans le monde entier



Entraînement individuel : Il dépend de chacun, les soldats du GIGN pratiques des activités physiques de haut niveau, en pleine autonomie, étant donnée qu'ils sont en permanence confronté à des contraintes opérationnelles (missions, alertes...) ils ne peuvent pas exercer en même temps, chacun pratique le sport qu'il souhaite. Certains font de la musculation, de la natation, du footing ou du cyclisme. Tandis que d'autre font des sports de combats.


Cependant, comme tous les militaires du GIGN sont des tireurs d'élites, ils s'entrainent au tir en permanence, c'est pour cela qu'ils peuvent se rendre au stand de tir qui leur est ouvert 24h sur 24.


Entraînement semi-collectif : Il se déroule sur les bases d’entraînement du GIGN de Beynes et de Mondésir. Les entraînements semi-collectif concerne des progressions dans des bâtiments, des études de matériels, des posés d’assaut et des rappels pendulaires à partir d’hélicoptères.


Entrainement collectif : L’entraînement collectif se conçoit au niveau des Forces, soit plus de la moitié des effectifs, et se place dans la perspective de thèmes adaptés.


Stages : Les stages et/où les formations servent à former davantage les soldats. Ils sont sont vraiment spécifique et adapté à leur spécialité.


Si cette article vous a intéressé, n'hésitez pas à le partager.


Comments


bottom of page